Usagers de l’eau, on vous a bien niqués

Tout le monde savait depuis des mois que le maire de Périgueux, au mépris de ses engagements, avait décidé de reconduire le contrat de Suez Lyonnaise des Eaux pour la gestion de l’eau potable.

Il ne manquait que quelques documents à produire pour le plus grand bonheur des actionnaires de cette multinationale. C’est chose faite.

Car la question du retour en régie municipale n’a jamais été sérieuse. Le 29 juin 2010, la mairie s’engageait officiellement dans une délégation de service public de la gestion de l’eau. Rien d’autre.

En guise de paravent, la municipalité confia une mission d’assistance à maîtrise d’ouvrage à un « collège d’experts », chargé officiellement d’analyser les offres privées et de chiffrer –pour décorer– un très éventuel retour en régie municipale.

Cette étude Horizon 2015 est aujourd’hui tenue au secret, le maire ne livrant que sa propre synthèse, autrement dit la version qui arrange Suez Lyonnaise des Eaux.

Les « experts » d’Horizon 2015 n’étaient là qu’à titre de prétexte, car bien connus pour leurs positions en faveur des régies municipales, à chacun son fonds de commerce.

Les éléments du dossier : « Privatisation de l’eau périgourdine »

Voici donc les différents dossiers à consulter :

. Projet de délibération pour Suez Lyonnaise des Eaux (2 pages)
. Synthèse municipale d’Horizon 2015 (3 pages)
. Rapport d’analyse des offres d’Horizon 2015 (58 pages)
. Rapport du maire sur le choix du délégataire (28 pages)
. Projet de contrat et annexes (70 pages)
. Annexes (92 pages)

Le calendrier de l’opération : « Dans la main de Suez »

  • Contrat de Suez Lyonnaise des eaux :                         12 fév 1986
  • Promesse d’un retour en régie municipale:               début 2008
  • Procédure de délégation de service public :           29 juin 2010
  • Date de dépôt des candidatures :                                10 sept 2010
  • Ouverture des candidatures :                                       17 sept 2010
  • Date de remise des offres :                                             30 nov 2010
  • Ouverture des offres :                                                      1er déc 2010
  • Transmission des offres à Horizon 2015 :                                         ?
  • Ouverture de l’analyse Horizon 2015 :                      13 janv 2011
  • 1ère audition des candidats :                                         20 janv 2011
  • 2ème audition des candidats :                                       10 févr 2011
  • 3ème audition des candidats :                                       18 févr 2011
  • Clôture des négociations :                                               23 févr 2011
  • Échéance du contrat :                                                      31 mars 2011

23 février 2011: le jour miraculeux où Suez Lyonnaise des Eaux présente in extremis la meilleure offre, écrasant la concurrence mais aussi les estimations pour un retour en régie municipale.

Comment l’étude Horizon s’est fait défoncer par la municipalité

Il ne suffisait pas que Suez Lyonnaise des Eaux batte ses concurrents. Fallait-il encore que le retour en régie municipale paraisse idiot. Comment faire ? En discréditant les analyses produites par les experts d’Horizon 2015 sur le retour en régie.

Synthèse sur le rapport Horizon 2015 quant au retour en gestion publique :

« il est essentiel de prendre conscience des risques présentés par un exercice théorique dont les rédacteurs reconnaissent d’emblée les limites »

« Il apparaissait là une certaine incohérence qui pouvait laisser penser à une forte sous-évaluation de la masse salariale »

« Une telle affirmation apparaît en contradiction avec la réalité de la diminution continue des moyens du Trésor Public »

« Avec cette hypothèse, les usagers vont supporter une charge nettement supérieure à la proposition faite par les sociétés candidates à la DSP »

« Compte tenu de ces éléments, il apparaît que l’hypothèse basse ne peut être utilisée comme une base de travail et de comparaison pertinente »

« L’hypothèse haute qui nous est proposée par le cabinet corrige une grande partie de nos interrogations mais ne constitue pas une approche d’un premier budget »

« Pour les raisons évoquées, l’hypothèse basse apparaît peu réaliste et n’est pas de nature à permettre une comparaison avec les offres des candidats à l’affermage »

« On peut voir ici la limite de cet exercice prévisionnel et les risques de dérive qu’il comporte »

« Le désengagement total du cabinet H2015 quant au caractère opérationnel de cette simulation en est une parfaite illustration et doit nous inciter à la prudence »

D’où la conclusion générale dans le Projet de Délibération :

« Les résultats de l’étude pour la reprise en régie, avec toutes les réserves qu’elle appelle (cf la note dont vous avez eu copie et qui fait apparaître une très large part d’incertitude), identifie un coût de service de 1,795812 M€. La régie est donc 13,38 % plus chère pour une différence de 211893€ ».

Il faut donc comprendre qu’Horizon 2015 a fourni une bien piètre analyse sur le retour en régie. Ces « experts » n’ont pas été à la hauteur des attentes. Comme on le verra, les candidats à la délégation de service public ont fourni un meilleur travail selon la mairie.

La légèreté dont est accusée cette étude Horizon 2015 soulève des questions sur des carences et des manquements au contrat. Comment accepter de payer une étude aussi mal ficelée qui ne permet pas de réellement évaluer l’opportunité d’un retour en régie?

Pourquoi la mairie se satisfait-elle si facilement d’estimations aussi partielles qu’inefficaces qui ne lui permettent en rien de prendre une décision, ce qui était pourtant l’objet de la mission?

Comment Horizon 2015 jugeait l’offre de Suez Lyonnaise des Eaux

Autant l’exercice de communication politique de la mairie est instructif, autant l’analyse d’Horizon 2015 sur l’offre de Suez est parlante, mais ignorée superbement dans les conclusions du maire.

Rapport d’analyse des offres d’Horizon 2015 sur Suez :

Moyens humains

« L’offre du candidat, qui devra impérativement être précisée sur ce point, ne détaille pas le nombre d’ETP spécifiquement dédiés au contrat d’AEP de la ville de Périgueux ».

Rémunération sur performances

« On notera de prime abord que plusieurs de ces propositions renvoient directement à des obligations contractuelles que la Lyonnaise (candidate sortante), ne semble pas avoir été en mesure d’honorer au cours des 40 années de concession écoulées ».

« Ce nouveau mode de rémunération pose donc aussi, et surtout, la question de la capacité pour la collectivité de mesurer la réalité de la « performance environnementale » qu’elle s’engage dés lors à rémunérer, sauf à accepter de compenser de manière forfaitaire le manque à gagner de l’entreprise que provoque la diminution structurelle des volumes consommés, et donc facturés à l’usager ».

Charges TTE

« La non décomposition des postes ETP prévus par le soumissionnaire pour le seul futur contrat de DSP « Eau » en affermage constitue à l’évidence un réel manquement à la lisibilité de l’offre, comme à la « transparence » que revendique l’entreprise… »
Evolution du nombre d’abonnés et des consommations

« Agur et la Lyonnaise devront revoir leur assiette de facturation en terme de nombre d’abonnés ; quant à la Commune, elle devra contrôler la cohérence des évolutions proposées et restant à être précisées avec l’urbanisation prévue ».
Indexation des tarifs

« Le nombre des variantes proposées par la Lyonnaise appelle un nombre de remarques nombreuses qui pour l’essentiel se synthétisent en deux objectifs majeurs : des demandes de précision d’une part et des demandes d’approfondissement d’autre part ».

« Certaines, simples modifications rédactionnelles, peuvent être envisagées, là où clairement, d’autre variantes impactent durablement les couts, voire complexifient durablement la visibilité à long terme (nouvelles formules de variation) ».

Programme de remplacement des branchements en plomb

« Sur le plan technique, l’offre apparaît peu détaillée à l’exception de la présentation de la technique mise œuvre pour le terrassement. Une question se pose enfin, quant à la capacité de Lyonnaise de pouvoir procéder au remplacement des 2700 branchements plomb à l’horizon 2013, attendu que l’offre optionnelle de la Lyonnaise précise une durée de mise en œuvre de 6 ans suivant la prise d’effet du contrat ».

Synthèse

« L’offre de la Lyonnaise des Eaux laisse apparaître des difficultés d’appréhension et de compréhension sur nombre d’éléments techniques, et tant l’offre de base que les très nombreuses options, comme les deux variantes demandées, laissent apparaître des surestimations de certaines charges ».

La reformulation des données par la mairie de Périgueux

Pour la municipalité, la synthèse est quelque peu différente :

« Le renouvellement des 2700 branchements plomb, présenté en option 8A, est envisagé de manière satisfaisante par les candidats ».

« … aucun des candidats ne se démarque de manière significative au regard de la valeur de son offre, ni sur le plan technique, ni sur la qualité du service proposé. Par contre, la société LYONNAISE DES EAUX est la plus performante des trois au regard du critère financier ».

Et vous connaissez la suite. Le maire a été obligé de renoncer à un partenariat financier avec Suez-Lyonnaise des eaux qui se proposait de financer son festival Art & Eau.

Pris la main dans le sac, cette manière d’appuyer la candidature par un financement indirect aurait été considéré comme illégal.

Conclusions

La mairie conclut par ces documents une vaste opération de communication qui avait pour unique objectif de donner l’illusion d’agir dans l’intérêt des usagers périgourdins.

Le choix de Suez-Lyonnaise des Eaux apparait comme providentiel, bien meilleur que celui du retour en régie municipale.

D’ailleurs on peut accuser aujourd’hui Horizon 2015 de n’avoir pas honoré son contrat sur le retour en régie, puisque ce dernier est dénoncé comme inutilisable pour aider à la décision.

Mais peu importe, puisque ce retour en régie n’a jamais été sérieusement envisagé, le choix de l’exploitant étant entendu depuis bien longtemps…

19 réflexions sur “ Usagers de l’eau, on vous a bien niqués ”

  1. 253 pages de lecture insipide sur la gestion de l’eau ! ! !
    Bravo à l’admin !
    Quel boulot !
    J’espère que tu as bu une bonne bouteille de vin après … ?

  2. Non pas tout lu! La partie ANNEXE est imbuvable, il faut être payé cher pour lire un tel truc.
    Bon, ça n’excluait en rien la bouteille…

  3. Les citoyens ont-ils la possibilité de poursuivre un ex-maire pour sa gestion lamentable, ses mensonges, ses tromperies vis-à-vis de ses administrés?
    Ont-ils un recours pour l’argent gaspillé?

  4. Vous allez sans doute pouvoir m’éclairer ; en quoi est ce « se faire niquer », pour retenir votre expression, que d’obtenir une baisse significative du prix de l’eau ?

  5. La question serait habilement posée si ses prémisses étaient vraies. Or ce n’est pas le cas. Les chiffres annoncés entre Suez et un éventuel retour en régie sont tronqués, tout simplement parce que le retour en régie n’a pas été étudié sincèrement et efficacement, pas plus sur le fond que l’offre lauréate.
    Dans tous les coins et recoins de France où une régie à supplanté une exploitation privée, le prix de l’eau a baissé. Et vous, sans douter, gobez les chiffres annoncés de sorte que Périgueux serait L’EXCEPTION française, cas unique où la régie serait plus dispendieuse que la distribution privée.
    Il faudrait des fois lire autre chose que son Sud Ouest quotidien.

  6. Non, seul le vote sanctionne les incuries, à moins par exception que les fautes commises soient condamnées par les lois.
    Les électeurs portent la responsabilité de leur choix et leur nombre en fait la légitimité. Hormis le cadre légal, les considérations politiques sont subjectives.
    Même si en l’espèce ça s’appelle bien « se faire niquer », cela n’emporte que des conséquence politiques. A savoir pas grand chose, puisque comme le disait à juste titre un éminent politique: il suffit de coller un logo de parti politique sur le front d’une chèvre pour la qualifier pour le second tour.

  7. Je vous trouve bien agressif. Ma question voous aurait elle dérangée ?
    Pourriez vous mettre en ligne l’étude prouvant que tous les services en régie ont permis de faire baisser le prix de l’eau ?

  8. Elle ne m’aurait pas dérangé si vous aviez lu le billet avant de le commenter…
    Cela dit ce blog n’est pas un CDI et je ne suis pas conseiller d’orientation. Donc Google est votre ami.

  9. Il est décevant que vous acceptiez si mal la contradiction.

    Sur le fond, google, aussi puissant soit il, n’est pas en mesure d’apporter une réponse tranchée à l’arbitrage régie / DSP. De fait, il n’y a évidemment pas de réponse toute faite à une réelle problématique de gestion prenant en compte entre autre économies d’echelle, intérêts stratégiques, maintien des salaires et rémunération des actionnaires… Votre position de donneur de leçons se trouve dès lors difficilement tenable. Je le regrette. Votre blog vaut mieux que ça…

  10. Vous me demandiez que je cherche pour vous « l’étude prouvant que tous les services en régie ont permis de faire baisser le prix de l’eau« , je vous invite en retour à vous débrouiller, n’étant pas à votre service. Vous appelez cela mal supporter la contradiction?
    Soit, pas de temps à consacrer aux trolls… et non, ce blog ne vaut pas mieux que cela. Lisez donc plutôt Sud Ouest vous en aurez pour votre argent.

  11. C’est exact, je vous demandez d’argumenter vos affirmations péremptoires. C’est manifestement trop vous demander…

  12. Affirmations péremptoires… héhé lisez-donc les rapports (hors annexe) et on en reparle. C’est marrant chez les trolls ce besoin de faire des phrases.

  13. Cette histoire de troll m’échappe…
    Intéressant cette manière de toujours éviter les questions de fond. Vous devriez faire de la politique…

  14. Tout espace de discussion sur le web génère autour de lui un écosystème. On y trouve toujours un ou plusieurs « admins », quelques vétérans arrivés les premiers dans la communauté qui trouvent que « c’était mieux avant », des « newbies » invariablement renvoyés sans ménagement vers la fonction recherche ou la FAQ, un petit groupe dont l’occupation principale est de critiquer les modérateurs de la communauté, etc… Tous ces archétypes se retrouvent à travers le web mondial, sous divers sobriquets.

    Mais il en est un plus célèbre : le Troll. Il dispose d’un super-pouvoir : faire dégénérer les discussions. L’ordre des Trolls comptent plusieurs espèces que l’on peut diviser en deux grandes familles, les Trolls conscients et les Trolls inconscients.

    Ces derniers sont les moins dangereux, leur principale caractéristique étant de poser une question jugée idiote par les habitants. Un rappel à l’ordre ou une explication des usages de la maison suffit en général à les « détrolliser ».

    La famille des Trolls conscients est elle plus coriace à combattre. Stratégie : publier des messages censés « hameçonner » les membres d’une communauté. L’étymologie communément admise du Troll vient de l’anglais trolling, une méthode de pêche à la traîne.

    Objectif : réduire en cendres une discussion, voire une communauté. Leurs assauts sont déterminés, ils ne connaissent ni la peur, ni la fatigue. A l’heure actuelle, une seule méthode est universellement approuvée : il faut les affamer. « Don’t feed the trolls », dit l’adage du web. De la même façon qu’il ne faut pas donner de cacahuètes aux singes dans les zoos et qu’il ne faut pas donner à manger aux Mogwais après minuit, il ne faut pas donner de nourriture au troll. C’est-à-dire, sur le web, ne pas lui répondre. Ni pour lui dire qu’il a tort, qu’il est bête ou de mauvaise foi, ni même pour lui expliquer qu’il soulève une question intéressante mais qu’il pourrait y mettre les formes…

    La grande majorité des Trolls sont des bestiaux solitaires et nomades. Mais certains se sont rassemblés en meutes, avec parfois de subtiles manœuvres. L’un d’eux peut jouer le troll bête et méchant, et son partenaire faire semblant d’être un chasseur de trolls dont l’objectif caché est en réalité de démultiplier le potentiel de discorde de son partenaire.

    On raconte que certains Trolls tiennent des tableaux de chasse. On peut imaginer que leur barème est a peu de choses près celui-ci: 1 point pour avoir attiré contre soi les réactions déchaînées d’un membre. 2 pts pour les réactions de la majorité des utilisateurs. 3 pts pour avoir provoqué la discorde entre deux utilisateurs. 4 pts pour avoir semé la zizanie générale. 5 pts pour avoir déclenché une guerre entre les habitants de deux blogs/forums/communautés grâce à des liens croisés. 10 pts pour avoir provoqué directement l’implosion totale d’une communauté et sa disparition définitive.

    Par extension, un troll désigne aussi tout message mal intentionné d’un internaute-troll. Certains sont des classiques (Mac ou PC, Nintendo ou Sega, puis Nintendo ou Sony ou Microsoft, point Godwin), aisément identifiables. D’autres sont mieux camouflés. Certains trolls maîtrisent ainsi la technique du « troll furtif », que les participants vont alors « nourrir » de bonne foi sans l’avoir démasqué.

  15. Merci Roumoule pour cette explication, moi non plus je ne savais pas ce qu’était un troll en-dehors du génie scandinave bien sur!

    Par contre je me méfie d’entrée des gens qui se cachent derrière l’anonymat…

  16. Vous avez raison. La prochaine fois j’utiliserai un pseudonyme plus transparent.
    Vous avez une préférence entre « roumoule » et « admin » ?

  17. Pour comprendre il faut savoir que « anonyme » est un troll habitué du blog et déjà viré à ce titre. Il refait aujourd’hui une tentative en changeant mail et pseudo. Problème, dans le premier commentaire il avait oublié de changer d’IP et s’est mis à clignoter comme un sapin de noël. Voilà pour clore l’affaire, « don’t feed the troll », et à la prochaine apparition c’est la porte dans tous les cas.

  18. La gestion de l’eau n’est pas qu’une question de prix, c’est une question beaucoup plus large qui concerne l’ensemble de la problématique de l’amont à l’aval, de la source (et de sa pollution) à son rejet (et son traitement)… Cela nous regarde, tous, citoyens que nous sommes. La politique de l’eau doit être réfléchie, pesée et pas seulement sous l’aspect du coût et devrait l’être au niveau de l’agglomération. Il s’avère qu’en reprenant la gestion de l’eau, les collectivités territoriales ont majoritairement constaté une baisse significative (jusqu’à 40 %) du coût de l’eau. Cette reprise permet également d’adopter une politique plus solidaire vis à vis de ceux qui ne peuvent pas payer les coûts fixes (qui sont les mêmes pour tous les ménages !).
    CF : http://www.conseil-etat.fr/cde/media/document/dossier_de_presse_eau_droit.pdf

  19. Sur la récente émission de radio de Périgueux 103 (http://www.radioperigueux103.com/wordpress/) avec le collectif ATTAC, nous avons eu des infos instructives concernant Périgueux et l’eau :

    – dans les fuites, une partie de l’eau serait utilisée par des services techniques de la ville..sans contrepartie financière…tout en étant payée par les usagers bien sûr

    – la confirmation que la multinationale de l’eau baisse bien entendu « artificiellement » le prix de l’eau pour obtenir la validation de la reconduction du contrat et..se met « temporairement » au niveau du prix de l’eau que nous aurions eu avec la régie publique. Gageons que d’autres augmentations arriveront ensuite…

    – la multinationale de l’eau s’engage à remettre à niveau les tuyaux…engagement sans fin depuis le démarrage (municipalité de droite comme de gauche), mais de quand datent les principales canalisations sur Périgueux ? D’y a bien longtemps…où sont passés les sommes cumulées, année par année, qui ont été provisionnées ?

    – une organisation d’usagers, en réaction à de telles pratiques et à la capitulation de la mairie de Périgueux, va naitre lors de la prochaine manifestation citoyenne avant le prochain conseil municipal.

    Nous sommes d’accord, si la Mairie l’avait vraiment voulu..le passage en régie publique de l’eau..devait être envisagé sérieusement, dès l’arrivée à la Mairie de Périgueux et pas seulement avec des études « bidon » visant à créer des écrans de fumée…comme on dit en football, y avait la place et les occasions de but, mais la Mairie a t-elle eu le courage politique d’aller au bout de ses engagements, et pour les élu(e)s..y a t-il encore un sens, une fierté de se dire de gauche et sur quelles convictions réelles ?

    Le plus comique est quand même de voir..la droite critiquer, alors qu’elle a suivi le même parcours un peu plus tôt…et que sur certains thèmes (eau, aéroport, antennes relais, maisons de retraite « privatisées ») la différence dans les actes, ne saute pas aux yeux.

    Maintenant c’est aux citoyens de se mobiliser, oui..ça nous convient pas..mais que se passe t-il ensuite ? tout dépendra aussi de la force de réaction des citoyens et de leur volonté de s’engager « en local » ?

    Etre niqués c’est triste, mais nous ne résidons pas sur Périgueux pour voir passer des trains..avec en plus des élu(e)s que nous avons porté(e)s à la Mairie, et qui mènent une politique contraire à leur programme et à nos aspirations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>