A perigueux, l’association CLAP entre délire d’initié et association de bienfaiteurs

Le 19 décembre 2009, l’association Culture Loisirs Animation Périgueux, le CLAP, voyait officiellement le jour. Cette association avait pour fonction d’absorber d’autres associations à vocation culturelle, l’OPA (Office Périgourdin d’Animation) et Péri-Culture.

En 2010, à l’heure de sa nomination au poste de directeur général du CLAP, David Théodorides apporta en dote son propre festival, le festival Sinfonia. De fait, le CLAP centralise la plupart des évènements périgourdins correspondant à ses compétences.

Soucieux de contrôler cette nouvelle sphère d’influence, le maire de Périgueux y plaça des fidèles et en premier lieu la présidente, Madame Josianne Bartoli Faucon, colistière (n°38) aux municipales de 2008 et membre de la commission des affaires sociales.

Derrière de bénignes apparences, se joue en réalité un sport très particulier.

Aujourd’hui, le CLAP est une association financée par le public pour plus de 120 000 euros / an. Elle a en charge l’organisation d’évènements bien connus, comme le Salon du Livre Gourmand, Sinfonia bien sur, le concours de la Truffe d’Argent, la fête de la musique, Macadam Jazz en partie et… le festival Art et Eau (vous allez voir pourquoi c’est important).

Voilà pour le plantage de décor. A en croire les apparences et les journaux locaux, tout va bien. Tout baigne. Depuis la fin octobre 2011 pourtant, certaines informations sont passées sous silence. On va en parler un peu parce que Dordogne Libre a l’air très pris dans ses concours de photos et de cuisine. Chacun son métier vous me direz.

Comment David Theodorides fait effacer ses dettes par la ville de Périgueux

Lors de la fusion, les comptes de l’OPA étaient positifs, aux alentours de 20 000 €. Ceux de Péri-Culture l’étaient aussi, aux environs de 100 000 €. En comptant les financements publics, la nouvelle association partait avec un joli pactole.

Tout ceci permis de faire absorber quelques frais. Ainsi la digestion de Sinfonia coûta, de son côté, dans les 20 000 €. Et oui. C’est simple. David Theodorides, président du festival Sinfonia, fit couvrir ses dettes par le directeur général du CLAP, un certain David Theodorides. Joli coup non ?

Photo originale: Laurent Pareau. Source: concertclassic.com

« Pour la musique s’il vous plait, parce que mes dettes le valent bien« 

[Mise à jour] L’auteur de la photo a refusé l’intégration du commentaire dans la photo. Il s’agissait de respecter l’intégrité de l’œuvre de l’artiste. Nous remercions infiniment l’artiste de nous accorder le privilège et l’honneur de diffuser une partie de son œuvre sur ce blog.

Mais attention, c’est tout à fait justifié. Car comme aime à le faire remarquer en conseil municipal l’adjoint à la culture et fan du maréchal Bugeaud, Arnaud Le Guay, Sinfonia est une « marque » et apporte au panier un beau « fichier client ». Et vlan… 20 000 € le paquet cadeau.

Voilà comment faire absorber les dettes d’une structure privée par une autre, mais publique, tout en étant président de l’une et directeur de l’autre. Pour ceux qui galèrent en ce moment, n’essayez pas de faire pareil à la maison, ça peut être dangereux.

Suez, un mécène très potable pour le CLAP

Tout le monde s’en souvient. Michel Moyrand menait une négociation impartiale pour la reconduction du contrat d’exploitation de l’eau potable. En décembre 2010, nous révélions un document troublant. En effet le maire de Périgueux avait annoncé lors d’un colloque qu’un des prétendants au juteux contrat, allait généreusement contribuer au financement du festival Art et Eau. L’affaire pris de l’ampleur au moment d’attribuer le contrat en février 2011.

Une association menaça de faire annuler le contrat en justice si Suez Lyonnaise des Eaux finançait la ville de Périgueux de manière indue sinon occulte. En catastrophe, le maire de Périgueux annula « l’accord de mécénat » s’élevant à 85 000 €.

Qu’à cela ne tienne, si ce n’est toi ce sera donc ton frère ! Suez a quand même mis la main à la poche en devenant un gentil donateur du CLAP, organisateur du festival Art et Eau… Le don ira au festival Sinfonia histoire d’être perché en cas de pépin.

Ils ne doutent de rien. C’est ainsi qu’en juillet 2011, dans une interview pour concertclassic.com, (25/07/2011), le président de Sinfonia et directeur général d’Art et Eau s’explique :

« Suez Environnement a souhaité rejoindre le Festival cette année. C’est très important pour nous et la preuve qu’aux yeux d’un partenaire de cette ampleur Sinfonia commence à avoir des lettres de noblesse. La pérennité qu’assure une structure associée à une municipalité favorise les partenariats ».

On veut bien le croire. Tout ceci n’a, cela va de soi, strictement aucun rapport avec le contrat d’eau potable remporté brillamment par la société Suez.

Ce qui est plus difficile à comprendre, c’est que pour une telle somme, Suez n’ait même pas le remerciement de figurer parmi les « partenaires » du CLAP sur son site internet.

C’est d’autant plus étonnant que des partenaires privés moins généreux comme le Crédit Agricole ou «l’animateur d’ambiance » Dordogne Libre y figurent. Un oubli malheureux peut-être ?

Moralité; quand la culture n’est qu’un alibi pour le business, ça finit toujours par se savoir.