Absentéisme des fonctionnaires périgourdins: stop au mensonge

On ne va pas s’éterniser sur l’enquête de Capital concernant l’absentéisme dans la fonction publique territoriale. Le magazine place Périgueux sur la 3ème marche du podium avec 32 journées d’absence par an et par salarié.

L’ire du maire de Périgueux -comme celles de Bastia et Montpellier- n’a rien d’étonnant, question d’image. La colère de Michel Moyrand est justifiée ; ces chiffres sont aussi exagérés qu’obscurs.

Par contre l’opacité entretenue par le maire de Périgueux (comme beaucoup d’autres) le rend co-responsable de ce genre de délire, nous allons voir pourquoi. Sans surprise, des fois, ça mord.

La déontologie de Capital : un absentéisme maladif ?

Rapport de la Chambre Régionale des Comptes Aquitaine de 2005 :

« La chambre relève enfin que l’absentéisme à Périgueux apparaît, du fait de particularités locales, particulièrement élevé, puisqu’il avoisine les 16 %, ce qui est très supérieur à la moyenne de la fonction publique territoriale qui s’établit […] à environ 8 % ».

Ce qui devient pour Capital et ses 32 jours : « Les particularités locales expliqueraient le niveau très élevé de l’absentéisme… »

Dans son rapport de 2008, la Chambre remet le couvert :

– une augmentation du nombre total de jours d’absences entre 2005 et 2006, avec une moyenne par emploi pourvu de 23,7 jours en 2005 et de 24,7 jours en 2006 ;
– la part de plus en plus importante des congés ordinaires pour maladie (44 % du total 2005, 57,5 % du total 2006 et 54 % du total des 8 premiers mois 2007).

En 2009, dans son audit, KPMG pointait 16 000 jours d’absences par an pour 817 agents, soit un ratio de 25.9 jours par personne.

D’où sortent les 32 jours de Capital ? Mystère. Mais la certitude, c’est le taux d’absentéisme anormal à la mairie de Périgueux. Aucune information sur les causes, donc pas de spéculations.

Xavier Darcos et Michel Moyrand savent très bien cette anomalie locale. En 2002, le conseil municipal de Périgueux a pris un arrêté pour sanctionner financièrement les abus ((CRCA 2005 page 4)). En 2008, Michel Moyrand pointait un grand « malaise » et promettait une nouvelle « prévention des risques » ((CRCA 2008 page 5)).

Pour la Droite c’est des feignants, pour la Gauche c’est des malades: bon courage les amis…

Mensonges et opacité à la mairie de Périgueux

Dans Sud Ouest, Michel Moyrand avance un chiffre aussi improbable que Capital : « Les chiffres dont je dispose pour ma part concernant les arrêts maladie à la mairie de Périgueux sont d’environ une vingtaine de jours par an par agent depuis 2005 ».

Notez, l’astuce, il ne parle pas de l’absentéisme, mais d’une partie seulement, des congés maladies. Grosse ficelle.

A force de jouer avec ces chiffres, de ne pas mettre en place des outils de mesure efficaces et de dissimuler ces informations, les politiques sont co-responsables des dérapages du genre de Capital.

Le magasine avait d’ailleurs contacté Rue de la chouette dans le cadre de son enquête (nous avons transmis les rapports précités). Si Capital avait eu la moindre chance d’obtenir les vrais chiffres auprès de la mairie, ils en auraient assurément fait la demande.

Même si ces documents administratifs sont publics –Loi du 17 juillet 1978 sur la liberté d’accès aux documents administratifsje vous mets au défi d’en obtenir les copies (concernant les détails par service par exemple). Forcément, en truquant les statistiques et en les dissimulant, on nourrit le fantasme.

En se mettant dans l’illégalité, par le refus de rendre publics les détails de leurs statistiques, les collectivités sont comptables des exagérations qui découlent de ceux qui veulent savoir –ils en ont le droit- mais ne le peuvent pas ((Sauf à passer par la CADA -Commission d’Accès aux Documents Administratifs et pire par un tribunal administratif en cas d’échec)).

Que Michel Moyrand nous joue la Saint Nitouche de l’absentéisme périgourdin est ironiquement mal venu pour celui qui récompense ses amis par des emplois à la municipalité.

Tendancieux dit-il ? Tendancieux, tendancieux, comme c’est intéressant.