Au secours, j’ai des opposants !

Mais arrêtez donc de l’embêter ! C’est vrai quoi. De quoi se mêle t’on ?

S’il a décidé d’une nouvelle taxe pour les commerçants, il en a bien le droit ! .Qu’est-ce que c’est que ces gens qui veulent tout dire à tout le monde ? Des gens qui parlent aux journaux en plus ; non mais quel culot ! Tous des malades ! Des ambitieux ! Politiques va !

Souffrant, obsédé, malade…

Voici des extraits de la réponse de M. MOYRAND en date du 4 novembre 2010 à Philippe CORNET (copie transmise par la mairie elle-même). Extraits :

Réponse de M Moyrand à P Cornet 04 novembre 2010

J’en déduis que pas mal d’hommes (et de femmes ?) politiques en Dordogne sont en grande souffrance… et l’ignorent ? (Notez au passage que les fautes d’orthographe n’ont pas, elles non plus, de couleur politique).

En parler avec lui pendant le voyage à Amberg ? Certainement pas !?

Réponse de M Moyrand à P Cornet 04 novembre 2010

Deux choses importantes sautent aux yeux :

1. que, pour le Maire, le conseil municipal est « une enceinte républicaine » ;

ne nous y trompons pas, nous parlons bien ici de « l’espace entouré d’une clôture » qui protège les gens « du dedans » des gens « du dehors ». Ce qui s’y fait ne regarde pas les gens du dehors jusqu’à ce qu’on décide de ce qu’on veut bien leur dire.

Le principe étant de communiquer après les décisions et surtout pas avant ! Tiens ça me rappelle quelqu’un…

2. que le voyage à Amberg est un voyage d’agrément et juste ça…

Voyons voir, c’est quoi un jumelage ? « Le jumelage représente un contrat moral entre deux communes sans limite dans le temps qui recouvre un champ d’action pluridisciplinaire et la participation directe des personnes ou de leurs groupements aux échanges »

Avoir plaisir à se voir et ripailler, je n’ai rien contre, mais pourquoi ne pas lier l’utile à l’agréable ? Faire que ce voyage soit l’occasion d’échanger de bonnes pratiques, évoquer des choses comme… le mode de gouvernance, l’environnement, l’urbanisme, les relations avec les commerçants, les taxes…

Je suis persuadée que nous aurions des tas de choses à apprendre. On s’en doute rien qu’à visiter leur site (dont je n’ai d’ailleurs pas trouvé trace sur le site de Périgueux (La mairie et son site internet) : Site d’Amberg

De la méconnaissance à l’exécration ou calcul politique ?

Ce courrier n’aborde pas véritablement le fond du problème : la taxation sans cesse croissante des commerces du centre ville et le pourquoi.

La pierre angulaire, à mon avis, c’est la méconnaissance du métier de commerçant traditionnel. S’il fut vice président chargé de la PME au Conseil Régional, notre maire à tous n’a du commerce qu’une connaissance de dossier, de papier. Bien plus ! Comme les pires sourds, il ne veut pas entendre leur malaise. Ce n’est pas faute d’avoir tenté d’attirer son attention (voir mon intervention lors du conseil municipal du 7 juillet 2009).

Dans ces moments là, il semble que son cerveau se verrouille ou qu’il ferme les oreilles comme l’on rabat les volets de la maison par gros temps.
De la méconnaissance à la répulsion, il n’y a qu’un pas. Ce pas a été franchi. Pour preuve cette déclaration que : « C’est une corporation très particulière : je prends tout, je ne donne rien ». Très élégant n’est-ce pas ? Un appel à la solidarité citoyenne sans doute ? Au rapprochement des populations ? A la cohésion sociale ?

Ce qu’ils donnent, les commerçants, sédentaires ou non ? Voyons ça en vrac : La diversité, l’écoute, le choix, le lien social, la proximité, l’attractivité touristique ; l’animation, la lumière dans la ville, la vie quoi !

Et ce qu’on oublie toujours : les emplois directs et indirects des services qui vivent en partie grâce à eux (transport, banque, comptables, bâtiment…) et des petits producteurs, des petites industries qui survivent en France ou en Europe toujours grâce à leur réseau.

Ils maintiennent la proximité et par là rejoignent les principes de préservation de l’environnement et de l’économie locale.
Quoi d’autre ?

Ils maintiennent le cours de l’immobilier en ville en investissant dans les murs ou en continuant à payer des loyers souvent excessifs.

Ce qu’ils donnent encore ? c’est leur santé, leur vie de famille rythmée par des semaines de 60 heures et des vacances réduites à peau de chagrin.

Ça ne suffit pas ? Il vous faut quoi ? Leur chemise ? Il semblerait que oui.

Finalement, c’est logique

Abrutir les commerçants traditionnels de taxes et laisser proliférer les grandes surfaces en périphérie, insulter la « corporation » et faire les yeux doux à Eiffage pour installer de grandes Enseignes sur les Boulevards, imposer des journées piétonnes et abandonner les projets structurants comme l’aménagement de la place Mauvard.

Finalement c’est logique,

C’est logique dans deux cas, si ces actes sont liés à :

  • l’exécration que semble avoir notre maire pour les commerçants indépendants (d’autant que beaucoup ne sont pas électeurs à Périgueux)
  • la volonté de décourager les derniers traditionnels pour laisser la place aux investisseurs et aux grandes enseignes

Et s’il y a les deux, alors !…

Une logique pourtant dénuée d’un certain bon sens, vous ne trouvez pas ?

« la vie est pleine d’absurdités qui peuvent avoir l’effronterie de ne pas paraître vraisemblables ; et savez-vous pourquoi ? Parce que ces absurdités sont vraies »

Pirandello.