Aquitaine, les régionales sur Twitter?

La campagne électorale pour le région Aquitaine est comme les 21 autres, modifiée par l’apparition de médias et de réseaux qui, soit étaient largement moins imposés, soit n’existaient pas du tout lors de la dernière campagne.

Une partie de la campagne, comme les autres, va se jouer sur la toile. Certes pas à l’échelle des présidentielles américaines, mais quand même. Des outils il y a peu dont on entendait qu’ils étaient réservés à la « jeunesse » se sont avérés être des moyens de communication incontournables. C’est en tout cas ce qu’a montré Barak Obama à nombre d’élus français qui voyaient dans ces activités des occupations juvéniles réservées à leur enfants et petits enfants. Le cas est flagrant pour Facebook et Twitter et les députés ont même droit à leurs ateliers de l’élu 2.0, c’est dire.

En tronc commun des réseaux sociaux, le site de campagne demeure la plateforme principale. Enjeu de taille s’il en est, ce que montre l’intrusion du blog de Xavier Darcos consistant à rediriger l’url vers le site de son adversaire. On peut dire sans emphase, et c’est une première, que cet évènement marque le réel lancement de la campagne électorale.

Nous allons donc un peu, de temps en temps, observer cette campagne dans son développement numérique. Ce billet ne fait donc que poser certains jalons à partir desquels nous reviendrons relever les compteurs à l’occasion. Mélange d’observations objectives et d’interprétations subjectives, nous n’éprouverons aucune crainte à les mélanger, vous vous débrouillerez avec, je vous fais toute confiance pour cela.

:: Au fait ::
A ce propos, c’est l’occasion pour vous annoncer que pour la première fois depuis sa mise sur orbite en mars 2008, ce modeste blog local vient tout juste, au mois de novembre, de dépasser la barre fatidique des 10 000 visites. Notre humilité nous interdisant de nous attribuer cette progression inattendue, c’est donc aux sujets abordés qu’en revient le mérite. Et comme principalement ce blog a parlé de la politique générale du maire Périgueux, Michel Moyrand, c’est donc lui que nous remercions chaleureusement, ayant permis ainsi au fragile volatile de voler de branches en branches.

:: Les principaux réseaux sociaux ::
Les compteurs au 02 décembre 2009

Pour Alain Rousset
Facebook, 740 inscrits et un album photo déroutant pour l’instant.

fan.jpg

Twitter, 70 followers et 6 tweets. Il annonce le lancement de son site internet le 06 novembre et rien depuis.

Pour Xavier Darcos
Facebook, 478 inscrits
Twitter, 441 followers et 16 tweets. A noter que c’est le compte du ministre ouvert depuis le 21 septembre 2009 et qu’il sert essentiellement à relayer les liens vers ses nouveaux billets sur son blog personnel.

facebook.jpg

(Parfois, les bandeaux de pub sont impitoyables…)

Les débuts en la matière ne montrent pas un engouement particulier, il y a aussi peu d’inscrits que de followers, la mobilisation et l’actualité ne sont pas encore palpables. Nous verrons donc si ces mouvements s’intensifient durant la campagne ou si stagnants, il faudra trouver d’autres conclusions. Pour comparaison sur Twitter, un blogeur « influent » peut dépasser les 10 000 followers et 500, pour un homme public, est vraiment le minimum syndical.

:: Les sites ::
Question sites, celui du PS se veut une véritable plateforme de campagne, fonctionnelle et déjà opératoire. La preuve, jusqu’au kit militant pour bien apprendre sa leçon et les widgets : classe.

 

La rubrique vidéo est déjà bien garnie et l’on remarque la prestation de Michel Moyrand (le maire de Périgueux). Son instinct pour l’improvisation et son sens inné de la scène font déjà beaucoup pour l’efficacité de ces vidéos. Il se permet même un remake de la sortie de VGE en 1981, luxe réservé à l’élite des grands hommes politiques (il l’a fait).
Pour le reste, c’est efficace et direct : actu/bilan/projet/débat.

Le site de l’UMP est encore assez vide. Graphique, jeune, collectif, vert/écolo, tonique. Il colle à une certaine tendance « graph » joyeux, clair avec des boutons énormes. A ma connaissance ce n’est pas si fréquent pour un site politique, il faut noter là une pointe d’audace dans une communication visuellement à l’ordinaire uniforme et aussi stimulante qu’un pv sur le pare-brise. Comme son homologue, le ton est devenu traditionnel maintenant : Par-ti-ci-pez ! (enfin donnez votre avis quoi). La plateforme est largement moins complète et présente moins de contenus, moins de fonctionnalités, moins de formats. Il faut dire que pour l’instant, à part exprimer des désaccords sur la ligne LGV, projet sur lequel PS et UMP sont d’accords contre les Verts, ce n’est pas facile…

sitedarcos.jpg

:: Les slogans ::
On y reviendra à l’occasion.
Pour le PS, c’est : l’Aquitaine, innovante, solidaire, écologique. Je ne sais quel plaisantin aurait pu défendre l’inverse. On n’est pas plus avancé et ce slogan ne veut pas moins dire qu’ensemble, tout est possible.
Pour l’UMP, c’est : Votre Aquitaine, donnons lui de l’ambition. L’ambition de quoi, on ne sait pas très bien, d’être innovante, surement, solidaire, oui, écologique, c’est certain.

:: Les grands thèmes ::
Là, en tant qu’électeur, il n’y aura pas besoin de suivre l’actualité politique comme un forcené, c’est simple.

Pour Alain Rousset, son projet est à la mesure de son bilan: excellent (avec assez de choses en suspend pour engager un autre mandat quand même). Cela est d’autant plus méritant que l’Etat, tant qu’il est dirigé par la droite, ne lui facilite pas le travail, bien au contraire. Bref, si ce n’était lui, ce serait un miracle.

Pour Xavier Darcos, le candidat sortant est incompétent, il fait perdre un temps précieux à la Région et n’est pas un gestionnaire à la hauteur des enjeux, surtout en matière de fonctionnaires territoriaux. Quant aux transports, qui sont un enjeu général de cette campagne, c’est une catastrophe.

Pour l’occasion nous créons un onglet Aquitaine 2010, afin de faciliter le rangement de billets qui ne manqueront pas de venir…