Ecoblanchiment et lol écologie

Un problème avec une antenne relai au-dessus de votre salon ? Bientôt peut-être la mairie de Périgueux proposera un Numéro Vert. Les effets du vote du 28 septembre (lire La crèche des Antennes) sur le contrôle des radiofréquences périgourdines sont fulgurants.

Non pour les antennes existantes, moins encore pour les populations qui s’en plaignent, mais pour les débats. Les futurs débats sur les futures implantations. Bref, une opération d’écoblanchiment ((blanchiment vert)) rondement menée.

Une note interne à haut débit de parole

Depuis le 30 septembre, une note interne structure la commission extra municipale chargée de l’électorat écologiste. Que les opérateurs de téléphonie mobile se rassurent, personne ne touchera aux installations existantes.

.

Cela étant, il serait bien vu par la commission et par extension le maire, qu’un opérateur fasse une demande d’installation d’antenne avant 2014 (année électorale) afin de montrer toute l’efficacité écologiste de ses vertueux représentants.

Car la création de cette commission répond particulièrement à l’incident qui a vu l’installation d’une antenne relai à une petite centaine de mètres de la crèche des Arènes il y quelques mois. Un accroc majeur pour des élus se prétendant écologistes. Voilà donc sortis le fil et l’aiguille.

Le maire repeint les antennes relais en vert

Cette commission restera dans les annales. Non par sa mission (elle découle des préconisations européennes), mais par son opportunité, son opportunisme précisément.

Le maire affiche son engagement (ou plutôt l’inverse) :

Comme demandé par Monsieur le Maire et une fois le travail de la commission commencé, nous prendrons un arrêté municipal d’interdiction de nouvelles antennes à proximité des établissements scolaires.

C’est là toute la logique de l’écoblanchiment.

  • On commence par autoriser une antenne relai à proximité d’un établissement scolaire (fin 2009).
  • Ensuite on se plaint de ne pouvoir rien y faire (courant 2010).
  • Enfin, face à d’hypothétiques demandes mais de réels besoins électoraux, on s’engage contre de futures demandes du même type (fin 2010).

Ainsi les intentions étalées pour le futur ne touchent en rien les problèmes présents.

Ils avaient oublié de sensibiliser le maire aux méfaits…

La municipalité, la même qui hier autorisait l’antenne au-dessus d’une crèche, se lance maintenant dans des « actions de sensibilisations auprès du grand public et des scolaires afin de les sensibiliser aux méfaits des ondes électromagnétiques« .

A un an d’intervalle, avant l’installation de l’antenne de la crèche, était-ce si absurde de commencer par sensibiliser le maire aux « méfaits des ondes électromagnétiques« ?

Cet enjeu sanitaire soudainement si important a donc été négligé jusque là. Car c’est bien le maire aujourd’hui qui assume officiellement face à la crèche des Arènes, que « l’inexistence d’un risque sanitaire n’est pas formellement montrée à ce jour« .

La légèreté avec laquelle on installe un jour une antenne relai près d’une crèche, pour le lendemain en dénoncer la « nocivité éventuelle » au point de vouloir interdire que cela ne se reproduise, est simplement sidérante à ce niveau de responsabilité.

Interpellé le 11 janvier 2010 sur la question, Michel Moyrand répondait: « Le plus dangereux pour la santé n’est pas l’antenne mais l’appareil téléphonique« . Les actuelles déclarations montrent que pour lui tel n’est plus le cas, ou qu’à minima, le « moins dangereux » nécessite d’importants contrôles sanitaires et un arrêté d’interdiction.

C’est donc en toute méconnaissance du sujet que le maire avait pris sous sa responsabilité l’antenne relai de la crèche. Et ce n’est qu’aujourd’hui qu’il mesure la portée, comme il le dit, des « méfaits des ondes électromagnétiques« .

La LOL Ecologie et conséquences politiques

Sur leur blog, les élu(e)s de Périgueux Ecologie « se félicitent« .  D’abord tenus au secret par le maire, puis officiellement désavoués dans leurs demandes de démantèlement, ils obtiennent de précieuses miettes politiques avec lesquelles ils nourriront toute la cantine.

Comble du cynisme, le collectif Anten est inscrit à la commission municipale. On pourra espérer leur faire oublier leur propre antenne en parlant de celles des autres.

Ecoblanchir, c’est tout un art. Il faut également afficher son auto-satisfaction et promouvoir son image: « Les élus prennent leurs responsabilités aux opérateurs de prendre les leurs« .

Les propriétaires de l’antenne relai de la crèche doivent se rassurer de cette LOL Ecologie.

Au fond la situation reste gênante. Périgueux Ecologie, en faisant adopter ces dispositions, fait avouer ses négligences et ses contradictions à Michel Moyrand.

Cette partie de la majorité municipale apporte aujourd’hui la preuve de l’inconsistance manifeste de son leader sur un dossier aussi important que les radiofréquences et leurs risques sanitaires.

Est-ce vraiment une victoire politique ?