Bas Saint Front: état des lieux et réalité des enjeux

:: Préambule ::

Cet article ne fait pas l’économie de la longueur. C’est un peu regrettable mais nécessaire pour aller au plus près de ce qui se joue réellement pour l’avenir du quartier du Puy-Saint-Front et l’aménagement de l’écrin de la cathédrale.

Lors de la commission extra municipale du 16 juin 2008 et du conseil municipal du 17 juin 2008, le maire a présenté son état d’esprit en tant que maître d’ouvrage du projet d’aménagement du Bas Saint Front.

:: Etudes et commissions ::

Elles sont reconduites, à travers des modifications demandées au maître d’œuvre, en phase d’avant projet. Pour l’occasion le maire a formé deux commissions :

1. Commission extra municipale « Bas Saint Front »
La composition de cette commission est du seul fait du maire, elle est constituée comme suit :

– 9 élus du conseil municipal dont le maire
– 4 représentants des autres compositions extra municipales
– 15 représentants d’associations liées au cadre de vie
– 27 habitants, usagers et acteurs de la vie économique

Avec un élu pour 3 habitants triés sur le volet par le maire, le conseil municipal impose un poids conséquent à la limite de la surreprésentation. Si le maire a bien le pouvoir légal de procéder ainsi, ce n’est pas comme cela que les choses se passent dans les communes engagées vers une démocratie participative. Passons.

2. Comité de pilotage pluri institutionnel, comportant élus et services de la ville, ainsi que les représentants techniques des organismes suivants

– Direction Départementale de l’Equipement
– Conseil Général
– Service Départemental de l’Architecture et du Patrimoine
– Communauté d’Agglomération Périgourdine
– Conseil en Architecture, Urbanisme et Environnement
– Chambre de Commerce et de l’Industrie
– Chambre des Métiers et de l’Artisanat

Ce comité de pilotage exclut tout représentation des associations ou des habitants, laissant d’un côté la palabre, les goûts et les couleurs, et de l’autre ce qui est technique et opérationnel. C’est dommage. D’autant que cette liste pourrait s’étendre à d’autres services. Tant qu’à faire pourquoi pas la DRAC pour l’archéologie, la DDASS pour l’accessibilité handicapée, et ainsi de suite.

:: Le cadre légal ::

Le maire fait mention de l’article L 300-2 du code de l’Urbanisme comme cadre légal de cette organisation. Précision doit être faite.
Cet article du code de l’Urbanisme est une contrainte réglementaire, non un choix laissé à l’appréciation du pouvoir mayoral. C’est pourquoi, dès le lancement du projet, l’ancien maire avait déjà mis en place la procédure respectant la législation.
Le maire ne met donc pas en place la procédure du L 300-2, comme il est écrit dans le rapport du conseil municipal, mais remet en place une procédure déjà en cours et en voie de s’achever. Du code de l’Urbanisme au langage courant, en terme procédural, cela se traduit peu ou proue par : « repartir à zéro ».

:: La position du maire sur le projet ::

Il se veut prudent, au regard de certains éléments problématiques du dossier, tout en affirmant vouloir le mener à bien, (dans les 3 ans suivants son élection, c’est son engagement).
Comme nous l’indiquions, le maire a divisé le projet en deux projets. L’un qui ne semble pas poser de réel problème, et un qui en pose, l’aménagement de la place Mauvard. L’un pour lequel les études se poursuivent, l’autre qui est suspendu au montage financier et au PDU de la CAP.

Pour autant, il le souligne aussi bien en commission extra municipale qu’en conseil municipal, le projet demeure global et indivisible pour rester cohérent. La réalisation du parking souterrain de la place Mauvard serait dans tous les cas « l’acte 1 » de l’ensemble de l’aménagement. Par « acte 1», nous devons comprendre le premier coup de pioche.

Le maire créer donc une chaîne de causes et d’effets, impliquant un ordre dans les réalisations, une subordination hiérarchique entre les différents éléments du projet, précisons les.

Si la place Mauvard est « l’acte 1 » du projet d’ensemble, alors le reste du projet sera réalisé postérieurement à la place Mauvard.
Si le calendrier des travaux de la place Mauvard est subordonné à celui du PDU de la CAP, vraisemblablement la fin des études, cela conduit au minimum à janvier 2009.
Les modes de financement du parking n’ont pour leur part, aucun calendrier, les consultations sont en cours.
En cas de problème, au niveau du PDU ou à celui du financement, cette causalité devient un critère de faisabilité forte du projet d’ensemble.

:: La cause et l’effet ::

Posons nous quand même les questions suivantes.
Quelle est cette relation de causalité entre le parking de la place Mauvard et le PDU ?
Pourquoi il n’y avait pas de difficulté de financement du parking souterrain avant mars 2008 alors qu’il y en a une aujourd’hui ?

:: Mauvard et PDU ::

Le maire nous dit que c’est un projet qui dépend des objectifs qui seront fixés dans le PDU, au niveau du ferroviaire, du bus et de la voiture. Par exemple, en conseil municipal, il a fait référence au pont des Barris, à sens unique ou double, piéton ou automobile, etc. Il a fait référence également au pont de l’Arsault, en débat actuellement, permettant le contournement du centre ville pour aller globalement d’Est en Ouest.
Il faut donc voir si :

1. Selon le schéma du PDU, le parking sera justifié ou non
2. Selon le schéma du PDU, le parking sera réalisable ou non

Le lien principal entre Mauvard et le PDU est bien celui du flux automobile. Partons des éléments concrets. Le parking Mauvard est existant, son accès principal se trouve Boulevard Georges Saumande. Cet accès est desservi par les flux entrants et sortants :
Boulevard G. Saumande en provenance de Trélissac
Boulevard G. Saumande en provenance du pont des Barris
Boulevard G. Saumande en provenance du pont Saint Georges
Boulevard G. Saumande en provenance du Greffe

1. La justification
Au regard de l’étude présentée par la CAP sur le PDU, en aucune façon, bien au contraire, il n’y a de raison valable de remettre en cause sur la place Mauvard une aire de stationnement, qu’elle soit souterraine ou aérienne. On sait que l’offre en stationnement est juste correcte et pourtant qu’elle est déjà saturée. Il faudrait donc remplacer cette offre place Mauvard par une autre équivalente, ce qui n’est absolument pas envisagé, voir envisageable.

2. La faisabilité
Quelque soit les orientations futures du PDU, il est absolument exclus sur le B. Georges Saumande que :
1. l’accès automobile depuis Trélissac soit interrompu
2. l’accès automobile depuis le pont Saint Georges soit interrompu
3. l’accès automobile depuis le pont des Barris soit interrompu, (confirmé par les services techniques)

Dans tous les cas de figure, il s’agit de comprendre que les voies de contournement ne sont pas faites pour éliminer le trafic automobile sur une zone, mais pour éviter d’ici les 15 prochaines années, de passer d’un état de congestion chronique à celui de saturation totale et des conséquences désastreuses induites.

Dans le scénario défendu par le parti communiste, pour le tout ferroviaire et l’interdiction de la voiture en centre ville, Mauvard deviendrait même indispensable pour stocker les véhicules dans cette zone de l’agglomération. A moins que la place Mauvard ne devienne une gare et le boulevard Georges Saumande une voie pour le TER ou la navette ferroviaire, pourquoi pas. Mais là c’est une autre histoire dont nos futurs petits enfants seraient les témoins.

:: En conclusion ::

Quelque soit le scénario choisit pour le futur PDU, qu’il soit monolithique ou panaché, il n’y a strictement aucun lien de causalité, ni sur le plan de la justification, ni sur le plan de la faisabilité, entre le parking de la place Mauvard et la gestion des déplacements sur le plan intercommunal. Aucun lien de causalité. Vous pourrez interrogez qui vous voulez, les urbanistes, les paysagistes, les services techniques de la mairie ou de la CAP, vous ne trouverez dans leur réponse aucun argument de causalité entre les deux projets.
Le parking est nécessaire et existant, qu’il fut aérien ou souterrain ne change par le problème du PDU et ce dernier exclut toute voie piétonne ou ferroviaire boulevard G. Saumande, de même que pont ou pas pont il y aura des véhicules en demande de stationnement à l’entrée du centre ville.

Pour notre part et jusqu’à preuve du contraire. Nous excluons d’un raisonnement logique, l’argument consistant à lier par un principe de causalité, le projet du parking souterrain de la place Mauvard et celui du PDU de la CAP.

De l’argument du maire de Périgueux
De deux choses l’une. Ou bien il s’exprime en toute sincérité. Dans ce cas il faut renforcer la pédagogie et lui expliquer concrètement les critères de faisabilité régissant les différents projets. Les services techniques sont là pour assister les élus et les aider à prendre des décisions sur des sujets complexes.
Ou bien il ne s’exprime pas en toute sincérité. Dans ce cas nous lui demanderons de le faire, étant donné qu’il n’est pas légitime qu’un élu trompe et masque ses intentions réelles envers les citoyens. Ainsi il pourrait expliquer les raisons réelles de ses tergiversations pour le moins étonnantes.

L’article suivant sera consacré, sur les mêmes bases que celui-ci, au financement du parking souterrain.