Evaluer la réalisation de Périgueux Autrement en 2014

La question du jour, c’est : comment évaluer précisément le degré de réalisation d’un programme politique ?

Cette question sur l’aboutissement d’un projet politique est, à tout point de vue, relative à des moments décisifs de la démocratie locale :

  • Au moment des élections puisque le vote est le mandat temporaire donné pour réaliser un programme politique
  • Durant tout le mandat, puisqu’il ne suffit pas de s’intéresser aux décideurs de la cité une fois tous les 6 ans
  • A l’heure du bilan, puisqu’il faut bien évaluer la conformité du contrat passé entre mandaté (élu) et mandant (citoyen)

Or on connait la chanson ((« Les promesses n’engagent que ceux qui y croient »; attribué à Jacques Chirac)). Bien des politiques abaissent et réduisent ce contrat politique à un inventaire de promesses, comptant sur l’amnésie collective et le désintérêt. C’est faire injure à ceux qui s’engagent réellement autant qu’aux citoyens eux-mêmes. Encore faut-il pouvoir le vérifier; c’est ce que nous proposons dans cette note, collectivement.

Ce n’est pas le cas de Michel Moyrand, qui rappelait avec vigueur, lors de son discours du 22 mars 2008, la force de son engagement:

Ceci étant je ne perds pas de vue que le résultat des élections de dimanche dernier nous impose des obligations, celle d’abord de respecter ce pour quoi j’ai été élu avec mes colistiers.

C’est également la ligne de conduite de toute l’équipe. Ainsi le 15 aout 2008, le premier adjoint Eric Dosset rassurait tout le monde: « nous mettrons notre programme en application« .

Le programme électoral comme contrat politique avec les citoyens

L’engagement du candidat à réaliser ce qu’il propose est le socle de sa politique générale, détermine l’orientation de sa mandature, il est donc la raison pour laquelle des pouvoirs spéciaux lui sont conférés.

Paradoxalement, les citoyens n’ont qu’une vue partielle, souvent, du niveau de réalisation des engagements. Et lors de la campagne électorale, les discours ayant voix au chapitre sont assez binaires. Le défenseur de son bilan le prône comme une victoire, le candidat opposé s’acharne à en démontrer la médiocrité.

En y ajoutant la pincée de mauvaise foi commune aux prétendants et inhérente à chaque campagne électorale, il ne reste que des caricatures de bilan.

C’est ce qu’on voudrait éviter pour les élections municipales de Périgueux en 2014. L’idée est de donner à chaque citoyen qui le souhaite des éléments assez précis pour se forger une opinion valable de la réalisation du programme politique. Il semble ne pouvoir compter que sur lui-même pour arriver à ce résultat.

Projet citoyen de mesurer les réalisations du programme Périgueux Autrement

Nous lançons donc en ce dimanche 1er aout 2010 un projet citoyen d’évaluation du programme politique de Michel Moyrand et de son équipe. Ce projet de suivi commence dès aujourd’hui car le moment venu il serait trop tard. En 2014, il devrait permettre de qualifier et quantifier ce qui a été fait ou non et dans une moindre mesure, pourquoi.

On se passera donc des appréciations personnelles, en premier des nôtres, afin de conserver uniquement les éléments les plus objectifs possibles. Seule la synthèse sera le moment de débattre, la conclusion étant destinée au dialogue.

Le programme sur lequel a été élu Michel Moyrand est bâti sur 5 grands chapitres et contient environ 63 propositions aux enjeux divers en importance et coût.

Une démarche continue vers le bilan périgourdin en 2014

En premier lieu, le programme Périgueux Autrement est en ligne, ainsi que les Programmes Prévisionnels d’Investissement (200n/2014) et les délibérations du conseil municipal.

Ensuite nous laissons en téléchargement un fichier .xls encore vierge comme base de travail

Enfin il s’agit de le remplir quand vous avez une information (officielle) et de nous le retourner par mail (contact@ruedelachouette.org) afin qu’il soit mis à jour.

Cette note ne sert qu’à amorcer la pompe. Le fichier se remplira lentement au fur et à mesure. Au début l’information sera ignorée et la participation très faible, vraisemblablement. Mais plus nous approcherons des élections, plus ces informations seront consultées, plus elles seront renseignées.

Quelques exemples et questions sur Périgueux Autrement en 2010

  • Le déménagement de la mairie était au programme, il est en cours de réalisation.
  • La réhabilitation de l’actuelle mairie était au programme mais ne figure pas encore dans les budgets prévisionnels.
  • L’aménagement urbain du bas Saint Front n’était pas au programme mais un engagement postérieur. Il est pour partie en cours de réalisation.
  • Le retour en régie de la distribution d’eau potable était au programme. Elle est aujourd’hui en voie de délaissement par le maire.
  • L’abandon de la ligne aérienne était un engagement de campagne. Son maintien a été voté en collaboration avec l’opposition.
  • L’audit financier était au programme. Il a été réalisé.
  • La direction municipale de la culture était prévue. Elle se concrétise par le CLAP (?). Mais quels en sont le contenu et la structure ?
  • Il est prévu des City Stades dans chaque quartier. Où en est-on ?
  • Où en est également le « festival international de l’environnement » ?
  • La programme de réhabilitation des écoles est en cours, mais où en sont la construction de la « résidence pour personnes âgés en centre ville » et la « maison de santé » pour les « besoins de petites urgences » ?
  • Où en est « le bilan énergétique des bâtiments publics » qui doit précéder la création d’un « espace info énergie » ?
  • Où en est le projet de relier le centre ville de Périgueux à la Voie Verte par des « pistes cyclables sécurisées » ainsi que la mise en œuvre du plan d’accessibilité à la ville pour les personnes handicapées ?
  • Si d’un côté les marchés ont été délocalisés dans les quartiers, où en est le plan de récupération des eaux pluviales ?
  • Certaines désillusions annoncées au programme sont à identifier. Le contournement nord de Périgueux a été abandonné, ainsi que le projet de SCOT. Tout a-t-il été mené pour arriver à concrétiser ces engagements ?
  • Malgré son engagement, la majorité a augmenté la pression fiscale sur les particuliers, les propriétaires et les commerces.
  • Si l’aménagement du quartier de la gare et de Saint Martin est à l’étude, que peut-on dire aujourd’hui de l’engagement concernant le pôle multimodal ?
  • Si l’engagement est concrétisé pour la mise en œuvre du PDU, où en est-on de la réalisation des pistes cyclables et du « système de prêt de vélo » et leur parking ?
  • Comment faire le point sur cet engagement de mettre en place « une carte de stationnement à tarif préférentiel » et la gratuité du stationnement le samedi ?
  • Où en est-on de la « 1ère pépinière d’entreprises consacrée à l’innovation touristique » et du pôle des métiers d’art ?
  • Il n’y avait aucun engagement sur les boulevards, mais aujourd’hui un vaste projet d’urbanisme commercial est à l’étude.
  • Etaient prévus le réaménagement des berges de l’Isle et des activités nautiques; où en sont-ils?
  • Que dire aujourd’hui de la « signalétique touristique » qui était prévue pour l’économie du tourisme?

Autant d’éléments programmatiques pour lesquels il serait intéressant de connaitre l’évolution, plus précisément.

Le programme politique pour la rénovation de la démocratie locale

Enfin nous pourrions citer cet engagement fort en creux d’un constat lourd :

Trop centralisée, trop concentrée entre quelques mains, l’action de l’actuelle municipalité ne donne pas l’exemple d’une démocratie très moderne.

Dans ce contexte, le programme affirmait que « notre ville a trop été utilisée pour servir des ambitions particulières et des intérêts partisans« . C’est pourquoi le programme portait « l’ambition de donner à notre ville une vie plus démocratique afin que chaque citoyen se sente responsable et donc fier d’être Périgourdin« .

Peut-on dire aujourd’hui que la réalisation en cours des 3 annexes municipales de quartiers et les élus référents ont permis d’atteindre l’objectif de modernisation de la démocratie locale, voulue plus ouverte et participative ?

La création du poste important d’adjoint à « la démocratie participative et l’éducation à la citoyenneté » permet-elle aujourd’hui de mesurer de véritables changements dans la relation des citoyens aux décisions municipales?

A tous ceux qui le désirent, nous proposons donc, durant les 4 prochaines années, par petites touches, progressivement, d’apporter les éléments nécessaires pour remplir le tableau d’évaluation de la réalisation du programme politique de la majorité actuelle.