Le maire de Périgueux sur Facebook ou l’anachronisme 2.0

Mark Zuckerberg peut remercier Michel Moyrand. Depuis que le maire de Périgueux s’est inscrit sur Facebook, le cours de l’action remonte. Certains n’y verront aucune corrélation. Rien n’est moins sûr. Car depuis que François Hollande est Président de la Dette, Michel Michel a accumulé les points de karma. Certes pas assez pour faire venir le TGV à Périgueux ou faire une véritable école du mime mais bon. Rendez-vous en 2038.

Voici donc le cours de l’action Facebook depuis que Michel le Maire s’est inscrit :

N’y voyez aucune diablerie, c’est juste la puissance de son karma.

L’information fait le tour du quartier du Toulon en quelques secondes

Trêve de sérieux. Le Michel a tellement peu d’amis que l’information était passée inaperçue. Il a fallu tout le talent des limiers pétrocoriens de la rédaction du Sud-Ouest local pour débusquer le scoop. Même Reuters et l’AFP avaient raté l’info. Mais le 09 aout, à 06h00 du matin, c’est la libération.

Le peuple périgourdin, en quête d’informations sur la situation internationale, découvrait avec joie et fierté que leur canard local s’illustrait parmi les plus grands quotidiens. Incroyable mais vrai, seul Sud-Ouest ce jour-là avait eu l’info et en partageait la primeur.

Quelques minutes plus tard, le scoop faisait le tour du monde et l’action Facebook jusque-là en plein marasme redécollait plein tube. Un grand bravo à la rédaction pour son talent journalistique !

Michel Moyrand sur l’autoroute de l’information

Car en réalité Sud-Ouest ne s’est pas contenté d’une dépêche. Toute la rédaction s’est mobilisée pour se fendre d’un dossier complet. Nous découvrons ainsi toute la genèse de l’histoire dans les moindres détails.

Ainsi apprend-on que le maire de Périgueux était frileux face à cet outil symbolique des nouvelles « Autoroutes de l’Information ». Il lui aura fallu pas moins d’un an pour se décider (chacun connait son rythme cognitif).

Ne comprenant strictement rien au numérique et pas plus à cette mode de d’jeuns qu’est l’internet avec ses 2 milliards d’internautes, le maire de Périgueux a sauté le pas et enfourché sa souris. Le voilà « branché » au réseau.

Sud-Ouest décrit alors une scène surréaliste et cite le maire :

Ce n’est pas mon outil de communication préféré, mais ne dit-on pas qu’il faut vivre avec son temps ! Alors il était bien temps que je l’adopte

On comprend alors que pour Michel Moyrand, avoir un compte Facebook, c’est « vivre avec son temps ». Cette phrase ne peut qu’attirer une profonde pitié. Michel Moyrand est bien de cette génération d’élus qui ne comprennent rien à la société contemporaine.

Il faudra attendre que cette génération disparaisse et laisse place à celle qui aura la lourde tâche de rattraper le retard pris par ces élus anachroniques.

Les plus optimistes verront un geste de courage de la part du maire pour s’adapter à cette époque qui le dépasse tant. Mais nous sommes en 2012, année d’entrée en bourse de Facebook et début de son déclin.

Facebook est déjà mort. Alors que près de la moitié de ses connexions se font sur mobile, l’entreprise n’a aucun modèle économique à proposer. Tablettes et mobiles ont ouvert un autre paradigme et le web stagne : l’ère post PC est engagée.

Et c’est grâce à ce support que le maire du pâté en croûte s’imagine dans le vent. Bon courage.

Michel devrait embaucher un community manager

Moyrand est un vrai politicien. Il se dit « très touché » par le décès de Jean-Pierre Gautherie. Il est tellement ému que sous ces doigts le nom devient : « Jean Paul Gaufherie ». Il ne peut même pas prendre le soin de respecter le nom du défunt mais a le culot de parler de « condoléances » à la famille.

Aussi le maire devrait vite créer un emploi pour écrire à sa place et masquer ce cynisme doublé d’incompétence.

Le meilleur ami de l’homme (et de tous les politiciens)

Heureusement il pourra compter sur le plus grand flatteur que le Périgord ait porté : Pascal Serres. Toujours prêt à dégainer ses brosses à reluire, le meilleur ami de tout le monde, autrement dit de personne, n’a pas perdu de temps :

Pour les élections municipales de 2014 on devrait se fendre la poire avec notre Michel 2.0.