Les mercenaires de la rumeur dénoncent la taupe de La Chouette

Ca c’est la meilleure !!! On vient de m’informer que des « gens » bien placés se prêtaient à des rumeurs sur Rue de la chouette. La nouveauté n’est pas là, vous le savez bien. C’est même une bouillie quotidienne qui remplit les gamelles de l’Ennui.

Non, la nouveauté concerne les interventions de Nelly Perraud-Dausse sur le blog. Elles seraient jugées « partisanes ». Heu, pardon ?

Oui, comme Nelly est conseillère municipale dans l’opposition, son discours serait partisan. Et alors ?

Alors c’est mal.

De plus ces « gens » croient avoir mis La chouette à poil. Les voilà fiers d’avoir démasqué « la taupe » . Ils se demandaient jusque là qui informait La chouette. Maintenant que Nelly Perraud-Dausse intervient, ils pensent savoir que c’est elle la taupe.

Bref, Nelly serait une « taupe-partisane« . Le bruit est lancé par des fonctionnaires territoriaux, ceux là mêmes qui trinqueront avec les journalistes au Club de la Presse ce soir. Avant de raconter leurs saloperies, ils pourront toujours lire ça avant.

La taupe périgourdine est au 05 53 35 86 00 ?

Aussi naïfs que des enfants de 6 ans face au Père Noël dans une galerie marchande de supermarché; ou simplement mesquins, très mesquins.

C’est évident. J’avais une taupe et je l’invite en 1ère ligne à se faire éclater. Je m’assurais ainsi de n’avoir plus aucune info. Tsss

La théorie est tellement débile que ça en fait un des paragraphes les plus courts de Rue de la chouette. Fin de la rumeur. What’s next !

Nous sommes tous partisans

Recadrons. Oui Nelly est dans l’opposition. Elle a quitté le Modem pour intégrer le mouvement de Corinne Lepage, CAP 21. Cela en fait la plus petite formation politique de Périgueux, la moins visible aussi.

  • La municipalité dépense des dizaines de milliers d’euros du contribuable pour sa propre propagande dans le bulletin municipal ; l’UMP et le MODEM en ramassent les miettes grâce à la loi.
  • De son côté, Sud Ouest, sous la plume d’Hervé Chassain, n’hésite pas à chanter les louanges du maire de Périgueux. Il a même rarement manqué une occasion de lui cirer les pompes.
  • Quant à Dordogne Libre, la rédaction reste concentrée sur les directives du financier de Sud Ouest. Pas d’embrouille avec la mairie, quelques compliments au passage, parlons de ce qui ne fâche personne.
  • De mon côté, je n’ai jamais caché, au contraire, ce que je pensais de la politique de Michel Moyrand, ses méthodes boueuses et sa roublardise pour tout  programme politique.
  • Du côté de Périblog, Pascal Serre lubrifie avec abnégation tout ce que la place de Périgueux compte de gens importants. Il mériterait d’être conservateur du musée de la brosse à reluire.

Tout ce petit monde et moi compris, ne peut prétendre en rien à la moindre objectivité politique, pas plus les uns que les autres ou que Libération par rapport au Figaro.

Les prises de position des journalistes locaux sont autant partisanes que les miennes ((raison pour laquelle il y a un maximum de documents en consultation dont je ne propose qu’une interprétation)). La seule différence est de prétendre le contraire, mais la brouette dégueule de preuves.

Aux partisans qui donnent l’illusion du contraire

Mais parce que Nelly est conseillère municipale on lui reprocherait d’être « partisane » avec une pointe d’accusation en arrière plan ?

Un coup bas de plus. Alors que tous les services d’information locale savent parfaitement les affaires opaques qui se déroulent, aucun n’en parle jamais, pas la moindre enquête ni même une allusion.

Non, tous les deux ans on choisit d’en faire un spectacle privé avec les notables locaux. Le fameux Gala du Club de la Presse n’est jamais qu’une occasion de blanchir de la sale information.

Et c’est Nelly à qui l’on reprocherait d’être partisane ou à moi de l’inviter à s’exprimer sur ce blog ?

A ceux qui voudraient nous donner des leçons de vertu sur l’objectivité. Connaissez-vous l’implication de la Communauté d’Agglomération Périgourdine (source de la rumeur) dans le financement du pôle interconsulaire de Dordogne ?

Oups là ce n’est plus une rumeur. Ce n’est dans aucun journal local c’est certain. A l’époque chacun, avec la conscience professionnelle qui est la sienne, avait relayé les chiffres officiels. Officiels mais faux.

A tel point que le dossier est remonté jusqu’à la brigade financière de Bordeaux, qui s’interroge (rassurez-vous, le parquet de Périgueux ne sera jamais saisi et aucun juge n’ira mettre son nez là-dedans, ça dérangerait trop de monde).

  • Pourquoi plusieurs millions d’euros manquent-ils à l’appel ?
  • Pourquoi les collectivités locales n’ont-elles pas dénoncé le trucage du marché public ? ((L’Assistant à Maîtrise d’Ouvrage s’est auto-désigné comme Bureau d’Etude !)).
  • Pourquoi des entreprises sont allées jusqu’à porter plainte pour dénoncer des ententes douteuses ?
  • Pourquoi ceux qui dépensent vos impôts ont-ils fermé les yeux sur ces soupçons d’irrégularités ?
  • Enfin pourquoi à votre avis je peux me permettre ces propos sans craindre la moindre action en diffamation?

Pour les journalistes, n’était-ce pas partisan d’étouffer cette affaire en faisant l’apologie du projet ? Effectivement ils sont plus que partisans, mais bien partenaires de la désinformation.

Dormez tranquilles braves gens, les marchands de sable vous l’offrent. Mais ne venez pas reprocher à Nelly Perraud-Dausse d’être partisane, vous êtes trop mal placés pour ça.

Ou bien, si vous en avez le courage, venez en débattre, la porte des commentaires est ouverte.