Les voeux à la Communauté d’Agglomération Périgourdine

C’est la même chanson, mais la différence c’est…

Qu’ils ont parlé d’agenda 21.

Ca c’est big news. On n’a pas oublié l’écologie à ce qu’il semblerait… On s’occupe de l’assainissement de l’eau. Bien, bien, un point pour le Mammouth ! A quand la délégation de compétence pour une gestion publique de l’eau ?

Le PDU va bon train puisque le TER va augmenter sa cadence (dommage qu’il marche au diesel, on ne nous dit pas si les locomotives seront moins polluantes) ; il va s’arrêter à la Cité et à St Laurent (pas St Georges ?). Qu’on se rassure, nous aurons des réunions de concertation. Les lignes de bus se modifient, améliorent le service (électriques ? Plus petits ? Plus nombreux ?).

Et on planche sur le plan de circulation des vélos… (et d’un code de la rue ?). Le contournement de Périgueux, les ponts, la gare ? Rien. Bon on verra si l’on tient compte de l’avis de la foule.

Le SCOT, Si c’est possible…

Autre bonne nouvelle : ils vont le faire, le SCOT, j’en suis toute retournée ! Bon d’accord, Madame le Préfet a tapé du poing sur la table, vu que la loi ne donne plus le choix mais des échéances. Dommage, on l’avait depuis plus de 10 ans, ce choix (voir PDF).

Maintenant il va falloir accélérer les négociations pour essayer de faire tomber le mur de l’Est. A mon avis, vont pas se laisser faire sans contreparties. Déjà Boulazac annonce la couleur : «On ne veut pas du prêt à porter mais élaborer ensemble des projets communs ».

C’est sans doute en prévision de ces contreparties que la CAP s’empresse de soutenir le projet Eiffage à Montaigne car la CAP a déjà tout compris (tout signé ?) sur l’avenir du commerce à Périgueux. Fortiches non ?

L’étude n’est pas reçue (oui ils en lancent aussi) qu’ils savent déjà qu’il faut précisément 10 000 m² de commerce supplémentaire. Des cracks je vous dis. La baguette magique ? La charte commerciale.

Le président de la CAP chasse les mouches importunes qui s’en gaussent (suivez son regard) ; notre sénateur -juré, craché- votera pour la réforme de l’urbanisme commercial et des deux mains pour le DAC sorte de charte opposable.

Oui mais le temps de le voter, de l’appliquer, il en aura coulé du béton sur notre bonne vieille terre…

2011, payez, payez petits ménages !

10 minutes de discours sur la disparition de la taxe professionnelle et son remplacement par la contribution économique territoriale. Le Président-Sénateur rappelle la « kyrielle de taxes sur les entreprises de réseau dont le poids retombera sur les épaules des ménages ».

Ça c’est sûr. C’est le consommateur qui paiera. Mais alors…Expliquez moi ! Quand on sait tout ce que ces ménages auront à payer, et plus encore, on a du mal à comprendre la logique de la CAP : reconnaître la perte du pouvoir d’achat des foyers périgourdins et leur proposer de dépenser plus en créant plus de commerces.

Quoi d’autre ?

La piscine de Bertrand de Born retardée (et plombée) par les fouilles, la gestion par la CAP de la petite enfance (qui peut être une bonne chose à condition qu’on ne fasse pas comme pour le commerce, qu’on privilégie les communes de la couronne), l’écopôle prévu au Grand Cerf (mais on sait que les thématiques des ZAC sont vite oubliées).

J’oubliais, il y a une réflexion sur le maraîchage (mais comme ça ne rapporte rien, on en restera longtemps, à mon avis, au stade de la réflexion !).

Les vœux se terminent par une ode au développement économique et au sport dont je vous fais grâce et sur un buffet qui m’avait l’air plus garni que celui de Périgueux à ce que j’ai pu en apercevoir avant de quitter les lieux de la cérémonie…

Vivement les vœux de 2012 !

« Feindre d’ignorer ce qu’on sait, de savoir tout ce que l’on ignore, voilà toute la politique »

Beaumarchais.