Philippe Cornet veut de la vidéo surveillance pour lutter contre l’insécurité

Oh piti ça va chauffer ce soir. Attention ! Les délinquants qui envahissent la bonne ville de Périgueux, si paisible d’ordinaire, seront avertis.

Trop c’est trop ! Ce soir, l’UMP est dans la place et y a du monde sur la corde à linge. Et oui, dans son souci constant d’efficacité, « la-droite-is-back » organise son évènement sécuritaire à elle (rien qu’à elle).

Après les Assises de la Tranquillité du maire socialiste consacrant la puissance du discours sur les actes et revendiquant le pouvoir de s’y substituer, c’est son principal opposant, Philippe Cornet, qui fait son show.

Crédit photo Periblog

Pour Philippe Cornet, ne pas confondre incivilités et invasions barbares

Il faut dire que les Assises de la Tranquillité furent originales mais peu portées sur le maintien de l’ordre public (dont tout maire a la responsabilité).

En effet, on apprenait que le sentiment d’insécurité chez les vieilles dames était amplifié par la présence des crottes de chiens sur les trottoirs. C’est bouleversant.

Par ailleurs, on notait que le bruit des gens dans la rue dérangeait grandement une population qui, dès 19h00, voulait être tranquille devant sa télé. On déplorait collectivement l’absence de double vitrage.

D’où l’évidente conclusion que « dans-les-bars-y-a-que-des-drogués-et-des-alcooliques » et que ce n’est pas de la musique qu’ils font mais tout simplement du bruit. Bienvenue à Périgueux.

Les hordes de délinquants qui attaquent les bonnes gens

Face à ce tableau balzacien et pittoresque de la société périgourdine, l’UMP a senti l’opportunité. Car effectivement, ce n’est pas cela l’ordre public.

On ne peut mettre dans le même panier (seul Michel Moyrand en était capable d’ailleurs) ce qui relève d’une nuisance sonore et d’une amende de 3ème catégorie avec des délits ou des crimes punis d’emprisonnement.

Alors voilà que Périgueux est attaquée ! La délinquance monte en flèche ! Comme le relaie Sud Ouest, ils violent les femmes, il dealent de la drogue dans nos écoles, ils volent des sacs à main, agressent les gens respectables, etc. etc. Mais qui ?

Et ben les détraqués, les miséreux et les arabes…  J’ai bon ?

Convaincu par la puissance des mots de par sa double casquette d’avocat et de politicien, le leader UMP organise donc un débat sur la sécurité. On va voir ce qu’on va voir et attention ce n’est pas juste un « coup politique » hein ?!

Les inquiétudes de Cornet, les réponses de l’UMP

Bon alors ma pauv’ dame tout fout l’camp. L’insécurité grandit. Parmi les judicieuses solutions apportées à ce problème par le gouvernement, on notera :

  • La baisse des effectifs de police et le gel des moyens d’accomplir leur mission.
  • Pour ceux qui restent, l’obligation de privilégier la répression parce que la prévention c’est un truc de tapette.
  • Appauvrir le pouvoir judiciaire pour le ramener au niveau de la Turquie et de la Russie.
  • Fierté nationale, le budget de la Justice française est un des plus faibles d’Europe…
  • … tout en installant des peines planchers, allez zou ducon au trou et pis c’est tout !
  • Oui mais le trou est déjà tellement plein que la France est condamnée par l’Europe pour violation des Droits de l’Homme.

Flûte alors, autant de trucs qui auraient peut-être servi à contenir la montée de la délinquance dans la bonne ville (mais assiégée) de Périgueux.

Donc pour votre sécurité, la police vous filmera 24h/24h et les méchants ils s’en alleront

Du coup l’UMP locale a une idée géniale, faire comme Christian Estrosi dans la bonne ville de Nice. Installer des caméras de vidéo surveillance.

L’idée, c’est qu’en transformant l’espace public en vaste plateau de téléréalité, l’insécurité chuterait et disparaitrait comme par enchantement.

Bon, la vidéo surveillance est un échec écrasant à Nice, qui coûte aussi cher qu’il est inefficace. Donc Philippe Cornet tempère immédiatement (dans Sud Ouest) :

Ce n’est pas la solution à tout, mais ça peut soulager certains lieux ou certains commerces

C’est effectivement une solution très partielle et bien plus dévouée à un problème électoral qu’à celui de l’insécurité et l’ordre public.

Genèse de l’invention d’un clivage politique pour préparer les élections

Car en termes de clivage politique, le maire socialiste, en appliquant méthodiquement le programme de Xavier Darcos, n’offre que l’espace d’une feuille de cigarette à l’UMP pour se positionner. Rien n’a changé sauf le logo.

Engluée dans des querelles de vizirs depuis 3 ans pour savoir qui de Jean Paul Daudou ou de Philippe Cornet serait le successeur du vaillant Darcos, l’UMP locale, de défaites en défaites, avait réduit son offre politique à des polémiques infantiles et des communiqués de presse bileux.

En parallèle, depuis 2008, l’opposition votait main dans la main avec Michel Moyrand toutes les grandes orientations de la ville, ne pouvant récuser l’application de leur propre politique. Economie, urbanisme, commerce, ressources naturelles, le socialiste a littéralement siphonné le programme de l’UMP.

Le modeste apparatchik a ainsi réussi une greffe inattendue en faisant pousser des roses sur un pommier. Par cette tactique, le maire réalisait une forme d’ouverture à l’envers, en faisant entrer l’opposition dans sa majorité pour tous les choix stratégiques.

L’insécurité comme repli stratégique pour exister (ou au moins en avoir l’espoir)

Hormis le thème de l’insécurité, il ne restait donc pas grand-chose à Philippe Cornet pour créer un clivage politique qui puisse faire office de porte drapeau électoral.

Alors là où Michel Moyrand se gratte encore la tête pour comprendre comment mamie devient parano à cause des merdes de caniches, Philippe Cornet joue la carte de ce qui fit le succès de Nicolas Sarkozy : Créer de la peur, diviser la population, générer de l’angoisse, transformer les faits divers en généralités, etc.

En injectant des électrochocs anxiogènes pour montrer à quel point nous sommes en danger, notre « Sarko local » aura donc beau jeu de lancer des bouées de sauvetage après avoir crié au nauffrage.

Quoi donc:

  • L’augmentation des effectifs de police ?
  • Un recadrage des missions d’investigations ?
  • Une lutte accrue contre les causes de la violence ?
  • Proposer des solutions locales contre le chômage?
  • S’attaquer à la misère et optimiser les structures sociales?
  • Un meilleur dispositif judiciaire ?

Non vous n’y êtes pas!

On vous parle de politique, de marketing électoral et de communication. Alors on se contentera de quelques caméras de vidéo surveillance.

Ah ok !

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=hT8rS1hu38E[/youtube]