Préservation du domaine public: ce soir 18h00 allées Tourny

Suite aux billets  ((La place Montaigne appartient au peuple français; Cénotaphe de la place Montaigne, les collabos de la mémoire)) sur la manière dont la mairie de Périgueux considérait le domaine public de la ville en voulant vendre à un promoteur immobilier la place Montaigne, de nombreuses personnes nous ont demandé que faire. On vous fait part des dernières nouvelles.

Un rendez-vous est donné ce soir à 18h00, allées Tourny face à la statue de Michel Montaigne.

Ce rencard informel, à l’occasion de l’anniversaire de naissance du philosophe, le 28 février 1533, a pour but de prononcer l’acte de naissance d’un collectif.

Le collectif Rends-moi Montaigne !

Ce collectif, Rends-moi Montaigne ! s’adresse à tous ceux qui refusent d’être confinés au silence sur la vente d’un patrimoine public, et tout autant à ceux qui veulent se faire entendre sur l’opportunité de ce bâtiment commercial.

A ce titre, Rends-moi Montaigne ! a déjà un blog. Ce dernier propose une newsletter et une pétition en ligne. On y trouve aussi bien les raisons de ce mouvement que l’explication de la procédure administrative en cours.

Pour information. Nous rappelons aux lecteurs de cette note qui ne sont pas habitants de Périgueux, que le domaine public périgourdin n’est pas la propriété des périgourdins. Le domaine public appartient en totalité au Peuple Français.

Aujourd’hui, la procédure engagée par la municipalité de Périgueux est une tentative d’expropriation du peuple au profit d’un propriétaire privé. Cette procédure est menée dans l’ombre, sans la moindre information publique, excluant les citoyens, (seuls véritables propriétaires), de tout débat sur la question.

La démocratie avant les intérêts particuliers d’un promoteur immobilier

Dans notre démocratie, cette manière de procéder est une anomalie grave. Le maire, en tant qu’élu, outrepasse ses fonctions de gestionnaire pour se substituer aux réels propriétaires. Il a pour obligation la poursuite de l’intérêt général. Or en l’espèce, le seul intérêt à vendre le domaine public est constitué par l’enrichissement personnel d’un promoteur immobilier.

Si cette forme de démocratie altérée prospère, cela implique que demain, la municipalité pourrait se débarrasser d’autres domaines publics, d’autres places dans la ville pour contenter des intérêts privés.

Maintenant c’est à vous de voir.