Sénateur-maire-président, non cumul des mandats : le mur du çon est franchi

Comme on a pu le remarquer, les élections sénatoriales du 21 Septembre ont apporté quelques changements en Périgord. Le maire de Chancelade, Président de la Communauté d’Agglomération Périgourdine, est devenu, à la remorque de l’Eternel de la Dordogne : Sénateur.

fichesenat.jpg

Cela valait bien le déplacement, France 3 Périgord lui a filé le train, pour saisir toute l’émotion de l’homme à pénétrer le Palais du Luxembourg, le 30 Septembre.

:: M. Bérit-Débat analyse ses mandats ::

On peut écouter l’analyse de Claude Bérit-Debat, sur le concept de « cumul des mandats », que sans doute, un nouveau collègue venait de lui souffler, mais peut-être pas exactement en ces termes rapportés.

Il n’y a pas de cumul de mandat puisque c’est une fonction de président et le mandat de maire et de sénateur sont parfaitement compatibles, mais heu parait’y que je souhaite effectivement abandonner soi mon mandat de maire, soi ma fonction de président.

En l’écoutant c’est encore mieux

[MEDIA=11]

.

Alors qu’est posé un problème institutionnel et constitutionnel aujourd’hui fondamental sur le fonctionnement et l’organisation des institutions, en particulier sur le caractère opaque et peu démocratique du Sénat, notre nouveau sénateur expose une théorie digne des grandes controverses de l’Antiquité.

Comment soutenir, droit dans ses bottes, de pouvoir être Sénateur, Maire, Président d’une Communauté d’Agglomération, en ne rentrant pas dans la catégorie des cumulards de la République ?

:: Les grands paradoxes de l’Histoire ::

Essayons de saisir l’essence de ce raisonnement, qui, tel le paradoxe de Zénon, (ça devient de plus en plus petit sans être jamais nul), est à porter à la mémoire de nos plus mémorables paradoxes.

Plus fort encore. Ce raisonnement, plus mathématique que machiavélique, ne nous y trompons pas, pourrait même être intégré à la théorie des Ensembles, dans la continuité des grands débats logico-mathématiques du début du XX° siècle.
Par exemple : l’ensemble de tous les ensembles est-il élément de lui-même ?
Traduction. L’ensemble de mes mandats est-il cumul de lui-même ?

Et bien non ! Evidement, un esprit simple se laisserait berner par l’apparence de cumul, dans l’addition benoîte des mandats. Reformulons le théorème :

Première partie :
La fonction de président n’est pas un mandat
Or les mandats de maire et de sénateur sont parfaitement compatibles
Donc il n’y a pas de cumul des mandats.

 

Deuxième partie :
Abandon du mandat de maire OU de la fonction de président.

Ca a l’air aussi mystérieux que les ruelles de Samarkand sous une lune de Novembre, tachons de comprendre. C’est un raisonnement complexe à deux degrés, dont les variables sont interdépendantes pour obtenir la formule quasi magique de non cumul des mandats.

:: Pinrlinpinpin, phase I ::

L’exercice de président de communauté d’agglomération n’est pas un mandat mais une fonction. C’est subtil. Ce n’est pas simple d’expliquer qu’un président intercommunal n’a pas reçu mandat par l’assemblée intercommunale, quand il a été élu à la majorité. Ce n’est pas simple non plus d’expliquer que le président intercommunal n’a pas reçu de mandat quand ceux qui l’ont élu ont eux-mêmes reçus un mandat représentatif au suffrage universel direct, (élections municipales).

Dans ce cas, qu’est-ce qui ferait la différence entre fonction et mandat ? Selon ce raisonnement, c’est en réalité le concept de suffrage indirect qui impliquerait une fonction, tandis que l’élection au suffrage direct impliquerait un mandat ?

Ce n’est en tout cas pas l’avis du Sénat lui-même, qui ose inscrire la tache de président d’intercommunalité comme mandat et non comme fonction. Fiche pdf.
Et le Sénat en rajoute dans la présentation de ce sénateur lorsqu’il inscrit que Monsieur Bérit-Débat n’a pas UN mandat local mais DES mandats locaux.

On est toujours trahi par les siens. Pas de mandat, pas de cumul des mandats. Raté, être président intercommunal est bien un mandat. On vous fait grâce au passage des analyses des constitutionalistes et politologues qui vont toutes dans ce sens, restons légers.

:: Pinrlinpinpin, phase II ::

Or les mandats de maire et de sénateur sont parfaitement compatibles.

En métaphysique

Il faudrait donc comprendre que ces mandats peuvent s’additionner sans se cumuler. Là, Zénon a trouvé son maître. Ils se cumulent, mais par une alchimie étrange, leur compatibilité ferait que cela ne saurait être désigné comme un cumul. En d’autres termes, être Sénateurmaire, comme vous le lisez grâce au trait d’union, ne pourrait être compris comme un cumul de mandats. Nous pénétrons par là, dans les arcanes métaphysiques de la question du Même et de l’Autre, de l’Un et du Multiple.

En arithmétique

Ou bien c’est sur un plan arithmétique qu’il faut aborder la question. En général, 1+1 =2. Mais en politique, cette fameuse compatibilité induirait une exception : 1+1=1. C’est-à-dire que cumuler mandat sénatorial et mandat municipal compte pour du beurre. Ce n’est pas un cumul. Nous ne savons quel politicien est à l’origine de cette prouesse, ni quel parti politique défend cette position. Mais il est certain qu’elle revient en logique, à nier en 2008 la rotondité de la terre ou l’existence de son satellite. C’est du même acabit, seule l’Eglise autrefois, pouvait se permettre de telles affirmations.

:: Pinrlinpinpin, conclusions ::

Nous avions suggéré au début de ce billet que ce raisonnement avait pu être soufflé à notre nouveau sénateur. Maintenant il ne fait plus de doute que notre sénateur en soit bien l’auteur, d’un tel bijou.

Il n’y a pas de cumul des mandats puisque je suis sénateur, maire et président intercommunal,

est vraiment, mais vraiment, un raisonnement d’une audace intellectuelle qui tend à disparaître en notre époque timorée. Demandons à notre sénateur s’il tient le même raisonnement avec les indemnités. Ben oui, s’il ne cumule aucun mandat, il ne devrait cumuler logiquement aucune indemnité. Alors, qu’est-ce qu’on dit? On les cumule ou pas ces indemnités?

Parait’y que le nouveau sénateur de la Dordogne vient de franchir avec force et souplesse, le mur du çon du Canard Enchaîné. Ainsi soit-il.