Gasland, le gaz de schiste et l’eau qui flambe

Voici une nouvelle rubrique : « Documentaires du dimanche ». A l’occasion nous vous proposerons des films documentaires abordant des sujets variés. Certains sont connus, d’autres moins. A voir ou à revoir, ils ont tous un point commun : « Homo homini lupus ». Voici le premier de la série.

Gasland et le gaz de schiste

Réalisateur : Josh Fox
Sortie : 21 juin 2010
Durée: 01h42
Sujet : l’extraction du gaz de schiste aux USA et ses conséquences humaines et environnementales

Cette technique d’extraction est simplement dévastatrice. Les 500 000 exploitations sur le sol américain sont en train de ruiner des milliers de nappes phréatiques, d’empoisonner l’eau potable et de s’imposer comme un problème de santé publique sans précédent.

[dailymotion]http://www.dailymotion.com/video/xhfvhy_gasland_news[/dailymotion]

Toute l’opération a été orchestrée sous G Bush par le biais du vice président Dick Cheney également président d’Halliburton.

Owni a proposé une très bonne infographie expliquant l’exploitation du gaz de schiste par « fracturation hydraulique »: Owni infographie fracturation hydraulique.

Quand le député Borloo pourfend l’ex ministre Borloo

La fracturation hydraulique a été découverte par le grand public en France suite à la décision du Ministre de l’Ecologie, de l’énergie, [bla bla…] d’autoriser prospection et exploitation dans le sud de la France.

Cette autorisation gouvernementale datait de mars 2010, signée par Jean-Louis Borloo. Les 4 grandes associations écologistes (dont celle de Nicolas Hulot) n’avaient alors rien vu à redire [une question de priorité parait-il].

Chemin faisant, le documentaire de Josh Fox se répandait plus vite sur la toile que le Figaro ne pouvait sortir d’articles pour défendre la politique gouvernementale.

Et voilà que l’ex Ministre de l’Ecologie et des cacahouètes durables, redevenu député, déposait une proposition de loi contre l’exploitation des gaz de schiste en avril 2011.

A deux doigts d’éviter le ridicule, Jean-Louis Borloo dénonçait l’incapacité de l’Etat à interdire ce genre d’autorisation et même, bulot sur le gâteau, s’en prenait à l’impossibilité pour l’Etat de correctement s’informer.

Rétropédalage gouvernemental dans la semoule de schiste. Suite au moratoire et donc au gèle des autorisations, le 15 avril des conclusions seront rendues…

En gros, faire passer un projet comme le gaz de schiste en période pré électorale, c’était un truc possible du temps de l’ORTF. A cause du méchant internet peuplé de « pédo-nazis » et de pirates, c’est foutu.