Une baisse des prix dites-vous, une aumône de Suez

Une baisse des prix dites-vous, une aumône de Suez si l’on considère les profits qu’il a amassé pendant 24 ans à Périgueux.

Je vote pour la régie publique de l’eau et je ne vous ferai pas l’affront de vous en expliquer les raisons fondamentales puisque vous les avez déclinées vous-même, Monsieur le Maire, pendant votre campagne électorale.


Une fois élu, vous avez « oublié » que le retour en régie ne s’improvisait pas,

qu’il nécessitait, pour vos services techniques et votre directeur, un, voire deux ans de travail. C’était le seul moyen d’avoir une simulation fiable s’appuyant sur un prévisionnel financier, une estimation des contraintes techniques, une large consultation de la population, un rapprochement avec la CAP, une ébauche de conseil d’exploitation et d’une politique tarifaire favorable aux plus démunis.

On vous accordera que reprendre les rênes de Périgueux ne fût pas chose aisée

et que les impératifs d’une telle tâche furent chronophages. L’échéance de la concession était proche, vous n’étiez pas prêt. Personne en 2010 n’a vu d’inconvénient à voter un sursis d’une année. C’était une perche tendue et cette perche, que vous ne l’avez pas saisie.

Au lieu de mettre immédiatement l’ouvrage sur le métier,

vous avez décidé en Juin 2010 de commander une étude. Cette commande fut suivie dès juillet, le 27 précisément, d’un avis d’appel public à la concurrence clôturé le 10 septembre, pour un contrat d’affermage sur 10 ans.

Faire une étude avant de prendre une décision est une démarche respectable pour peu que ses conclusions s’appuient sur des données suffisantes et que les dés ne soient pas pipés à l’avance.

Horizon 2015 fut donc chargé d’une double mission :

estimer le coût de la régie publique et faire l’étude comparative des candidats à l’affermage.

Concernant la première mission, ce cabinet ne cache pas le caractère aléatoire de ses conclusions, ayant constaté l’absence de véritable implication de la municipalité. Je remarque que vous vous appuyez cependant sur ces conclusions entachées d’approximation pour justifier de votre décision finale.

La deuxième mission d’Horizon 2015, en qualité d’assistant du maître d’ouvrage, aboutit au choix que vous avez fait, sans que la commission ad hoc ait pu rendre un véritable avis.

Vous demandez à présent aux conseillers de se prononcer sur une alternative : « Suez » ou la régie publique.

D’un côté, l’affermage à une société privée qui fait depuis plus de 20 ans le bonheur de quelques actionnaires, qui a magnifiquement traîné les pieds en matière d’investissements, qui fait un effort -dites vous- après avoir pratiqué des tarifs parmi les plus chers de France ; un effort dont on peut douter de la pérennité lorsqu’on constate que les factures augmentent de plus de 3 % chaque année-

Et qui fut si sympathique lorsque vous recherchiez des mécènes pour le festival de l’eau… On paiera l’eau moins chère, oui, mais à quel prix ?!!!

De l’autre, la régie publique, là, tout de suite. Une vue de l’esprit puisque nul sursis n’est possible. C’est comme si vous nous proposiez de traverser la Manche avec une barque sans rame et sans moteur.

Toute votre démarche depuis 2008 n’aboutit à qu’à l’enterrement en première classe de la régie publique de l’eau.

Vous vous battez les flans en prétextant que vous avez fait de votre mieux tout en piégeant vos propres alliés :

  • s’ils votent pour l’affermage, ils sacrifient leurs convictions et passent pour des gens sans parole.
  • S’ils votent contre, ils passeront pour des idéalistes dépourvus de pragmatisme, puisqu’ils votent pour un choix impossible à réaliser et par-dessus le marché, dont les conditions ont été présentées comme désavantageuses pour les ménages.
  • S’ils s’abstiennent, ils seront considérés comme des lâches ou des indécis.

Vous réussissez ainsi à disqualifier ce qui fait la grandeur d’un parti : le respect des hommes.

J’espère que ce contre exemple encouragera d’autres communes à se battre pour que l’eau, ce bien commun de l’humanité, reste dans le domaine public, gérée par le public pour le public.

Je vote pour la régie publique parce que je ne veux pas être complice d’une abdication et que je conteste la manière peu orthodoxe de la démarche.

Intervention de Nelly PERRAUD-DAUSSE
Conseil Municipal du 24 mars 2011